Mes écrits

RSS

Je crois que je suis déprimé

Tous les matins je peine à me lever en sentant mon corps lourd et impuissant, je ne cesse de penser à elle et je me fais encore plus de mal.

J’ai la chance d’avoir un bon physique, une bonne santé et de l’argent mais non je suis malheureux alors que d’autres ayant mené une chienne de vie le sont moins que moi. J’ai toujours été plus ou moins négatif pour une raison qui m’est encore inconnue : c’est sans doute dans ma nature.

Peut être que j’ai besoin de changer mes idées, de sortir d’avantage : ça ne peut que me faire du bien après tout…

Je suis comme tout le monde

Moi qui me bornait à me persuader que j’étais différent, meilleur j’ai fini par reconnaître ma banalité, ma superficialité.

Comme tout le monde je consomme des produits américains (que je ne citerai pas en raison des publicités qui leur sont consacrés), comme tout le monde je ne me contente pas de ce que je possède et j’ai une soif insatiable en des biens non-acquis. Pour acheter ces objets futiles, reflétant ma volonté inconsciente d’appartenance à une communauté fictive j’ai besoin d’argent que je dépense en engraissant de gros PDG et actionnaires profitant de jeunes travailleurs étrangers soumis à des cadences inhumaines, à des produits toxiques, à leur mort.

Moi, simple mouton, infime rouage dans cette société j’encourage de telles pratiques pour des besoins stupides de consommer toujours plus.

J’ai honte.

Jan 1

La nouvelle année

C’est le Nouvel An et une fois de plus je le passe “en famille”.

Ces gens là, de ma famille ?

Tous me paraissent si étrangers, avec des convictions, des centres d’intérêts et des points de vue différents. Oui, une famille n’est pas forcément constituée de personnes sur la même longueur d’onde mais dans mon cas je ne connais que trop bien leurs défauts si bien qu’en y pensant ils me dégoûtent.

Peut être que mon jugement est hâtif en raison de mon jeune âge, que j’ai du mal à admettre que personne n’est parfait (moi y compris), ça ne m’empêche pas de voir les fêtes comme un moment d’hypocrisie où l’on met sa rancœur de côté pour tenter de passer un moment se rapprochant le plus de celui que devrait passer une “famille” ordinaire. Cette mascarade durant  laquelle je suis invité de mon gré ou non à me joindre auprès de mes proches est rageant.

Certains pensent qu’on se rend compte de la vraie valeur de quelqu’un que quand on le perd, j’espère que ce n’est pas vrai car ça voudrait dire que je suis qu’un sale con immature.